vendredi 26 octobre 2007

- Gros plan sur l'enduro de Cyrus















Le cahier des charges de Cyrus est le suivant:
- Un "enduro" ne faisant pas double emploi avec son vtt de XC (un Voodoo) , donc un bon descendeur, solide, tout en restant un bon rouleur en terrain technique.
- Montage d'une une fourche Pike de 140mm de débattement,
- Compatible avec dérailleur AR en 1x9 vitesses, ou avec un moyeu Rohloff à 14 vitesses, (pas de dérailleur AV),
- montage pour freins à disques.
- rapidement les pattes coulissantes Paragon se sont imposées par leur polyvalence,
- les tubes sont définis, ce sera du Columbus Zona OS pour le bon compromis solidité/poids, avec renforts au niveau du tube oblique et du tube de selle, et un Wishbone solide pour supporter une pratique enduro engagée.

- une petite étude posturale permet de définir les 3 points d'appui optimums du pilote sur la machine..., les positions relatives de la selle, des pédales, et du cintre sont définis.

- puis c'est la phase de dessin:














- la chasse, l'angle de pivot, la longueur des bases, la hauteur du boitier de pedalier, le slopping du cadre, la longueur de la potence... sont autant d'éléments définis en discutant longuement avec Cyrus, dans le but d'atteindre un comportement du cadre conforme à ses attentes.

- Un tracé a échelle 1 pour bien contrôler tous les assemblages, équilibrer les tubes, anticiper les passages de cables, des pneus, du tés de fourche, de la ligne de chaine...etc... précéde la réalisation.
- découpe, ajustement sur gabarit, pointage, soudure, sont entrecoupés systematiquement par des opérations de contrôle dimentionnel et géometrique minutieuses pour coller trés exactement au côtes du plan.
- les tubes sont assemblés par soudobrasage à gros congés,















- Les Pattes coulissantes, réalisées en Inox et aluminium necessitent d'etre brasées à l'argent (40%),














- Je décide de rajouter un renfort prés de la fixation de l'etrier de frein pour reprendre le couple de freinage imposé par les sérieux freins à disques que Cyrus va installer... Il s'agit d'un vélo d'enduro, et Cyrus, s'il est un pilote leger, n'en est pas moins un pilote agressif!!!.

- tous les accessoires, inserts, arrets de gaines... sont en inox, brasés à l'argent. quand on aime...
















- Le Logo "Vagabonde" est découpé dans une plaque d'inox de 2mm puis cintré et brasé à l'argent sur la douille de direction.














- Ensuite vient la finition: douille alesée et surfacée, boitier de pedalier taraudé et surfacé, puit de selle alesé...

- l'ensemble est soigneusement dégraissé pour passer en peinture.
- Cyrus a choisis sa teinte, un brun cuivré du plus bel effet! superbe choix!! que j'approuve et applaudis!!
- 1 couche d'antirouille,
- 1 couche d'appret,
- 3 couches de couleur,
- Collage des stickers,
- 3 couches de verni,






























- Le cadre est ensuite préparé pour le montage, alesages et taraudages sont nettoyés, graissés... et une petite séance photo s'impose!









































- La suite de l'histoire, c'est à Cyrus de l'écrire.... il a réalisé un beau montage avec des composants efficaces et fiables,
et dés les premières sorties ses commentaires trés enthousiastes sont sans appel.... il s'agit d'un véritable enduro ludique avec de réelles capacités en terrain trés technique!
ses commentaires sont une vraie récompense pour le constructeur!!




















































Merci a mon ami Bucheron pour les photos du vélo monté!

4 commentaires:

cyrus a dit…

salut, patrice!
effectivement, le cahier des charges était un vélo solide, bon descendeur mais restant vif, relativement confortable mais rigide latéralement.
dans ma tête, en cas de succès de l'opération, il était destiné à remplacer mon tout suspendu yeti 575 (145mm de débattement, 2.7kg), c'est dire le challenge!
eh bien, le contrat a été rempli:

- le vagabonde enduro est relativement léger (moins de 2.1 kg )
- il est très rigide latéralement, grâce à ses tubes oversized, à son boitier large (73mm), mais surtout je pense que le fameux wishbone avec les haubans s'y arrimant en étant brasés sur une grande section est le vertiable responsable de la rigidité. toutefois, ce n'est pas non plus du béton: il reste suffisament de flexibilité pour permettre un léger travail évitant à la roue de décrocher trop brutalement, comme j'ai pu l'expérimenter sur des cadres alu trop rigides.
- dans le sens vertical, on conserve un confort certain malgré les tubes OS
- au niveau solidité, je suis en confiance grâce à la douille de direction de tandem (!), et je sais qu'on peut toujours réparer de l'acier et renforcer si besoin
- pour la géométrie, après toute cette réflexion, je suis content de voir que mon intuition se confirme: un semi rigide avec une géométrie proche de celle d'un gros enduro (je me suis basé sur un intermédiaire entre mon gemini en 170mm devant et derrière et mon yeti en 140 devant 145 derrière) se comporte admirablement bien sur terrain technique: sa stabilité lui permet de supporter le cassant, des grosses marches, des sauts, tandis que l'absence de suspension arrière et le débattement limité à 140 devant permettent de conserver une monture nerveuse et apte à relancer.

au final, j'ai vendu mon yeti 575 car il ne m'était pas utile: sur les terrains où je roule, je n'ai plus besoin d'autre chose que mon vagabonde... avec je passe d'une pratique ludique (essais de piste de bmx race pour me marrer, sauts de marche ou descente d'escaliers en ville), à une pratique enduro technique sur les singles de fontainebleau ou du lubéron / ventoux. d'ailleurs, je crois que si j'arrive à m'entraîner suffisamment il me servira pour le raid chabeuil - gap...

Patrice a dit…

Salut Cyrus,
content qu'il te plaise.
n'hésite pas à me transmettre une ou deux photos sur le terrain si tu veux, je les mettrais en ligne.
à plus,
Patrice

arnaud a dit…

Il est beau ce VTT!

Longue vie à Vagabonde Cycles!!

;)

Patrice a dit…

merci! :)